Musique française

Curiosités

Akinator, le génie du web (jeu)
Trouver un monument (carte de tous les monuments)
Cartes interactives Flash (départements, relief, etc)
Connais-tu la France (régions, villes, patrimoine, etc)
Des couleurs sur la langue (expressions et dictons)
Savez-vous gesticuler français (langage du corps)
Les gestes français (leur signification)
Horoscope (tous vos horoscopes)
Joyeuse fête (calendrier des fêtes et citations)
Passe ton permis web (quiz)
Carte de France des fromages (les régions et leurs fromages)
L'Union Européenne (tout sur l'UE)
Qui est né le même jour que vous? (célébrités)

vendredi 16 janvier 2015

Charlie Hebdo

Entre le mercredi 7 janvier et le vendredi 9 janvier, trois terroristes ont tué 17 personnes à Paris.

Le mercredi 7 janvier

Après l'attaque contre Charlie hebdo, les policiers savent que les deux assassins se sont enfuis dans une voiture noire. Ils vont la retrouver abandonnée, le mercredi soir. Les terroristes ont même laissé une carte d'identité à l'intérieur ! Grâce à cette carte d'identité, les policiers savent qu'un des deux terroristes est Saïd Kouachi et pensent que l'autre est son petit frère Chérif, qui a été en prison il y a 10 ans pour avoir participé à une organisation favorable au djihad.
À ce moment-là, la police pense qu'ils ont un complice, un jeune homme de 18 ans. Dans la nuit, ce jeune homme se rend à la police : il n'a pas participé à l'attaque contre Charlie hebdo.

Le jeudi 8 janvier

Toute la nuit de mercredi et la journée de jeudi, la police traque les deux frères Kouachi : elle surveille les routes, elle essaie de les retrouver en interrogeant leur famille et leurs amis. Jeudi matin, un homme tue une policière à Montrouge, à côté de Paris.
À ce moment-là, la police pense que cet assassinat n'a pas de lien avec l'attaque contre Charlie hebdo.
Mais la police va découvrir que les deux frères Kouachi sont en relation avec un homme appelé Amedy Coulibaly : Chérif Kouachi a été en prison avec lui. Jeudi soir, un témoin reconnaît l'homme qui a assassiné la policière le matin : c'est Amedy Coulibaly. Les policiers vont même trouver une trace d'ADN : ils sont alors sûrs que c'est bien lui l'assassin. Ils essaient de le retrouver, ainsi que sa compagne, Hayat Boumeddiene. Celle-ci a parlé plusieurs centaines de fois avec la femme de Chérif Kouachi en 2014.

Le vendredi 9 janvier

Vendredi matin, vers 9 heures, les policiers retrouvent les deux frères Kouachi à 50 kilomètres au nord de Paris, à Dammartin-en-Goële. Ils sont entrés dans le bâtiment d'une imprimerie. Les policiers encerclent ce bâtiment. Ils craignent qu'il y ait des otages. En fait, les frères Kouachi ont capturé le patron de cette imprimerie, mais il y a aussi un autre employé dans le bâtiment qui a réussi à se cacher. Très vite, il va échanger des SMS avec la police pour leur donner des informations sur les deux frères.
Le même jour, en début d'après-midi, Amedy Coulibaly attaque un magasin juif à Paris : il prend les personnes présentes dans le magasin en otages. Plusieurs clients se cachent au sous-sol dans une chambre froide, grâce à l'aide d'un employé. Cet employé va réussir à s'échapper et à donner des informations à la police.
À ce moment-là, la police ne sait pas avec certitude si Amedy Coulibaly a tué des personnes dans le magasin.

La mort des terroristes

Vendredi après-midi, les policiers sont donc à la fois à Paris, autour du magasin juif dans lequel Amedy Coulibaly a pris des otages, et à 50 km de Paris, autour de l'imprimerie où se trouvent les deux assassins de Charlie hebdo, Saïd et Chérif Kouachi.
À 17 heures, les frères Kouachi sortent du bâtiment en tirant sur les policiers qui ripostent. Les deux terroristes sont tués par la police. À 17 h 13, à Paris, la police rentre dans le magasin juif, elle tue Amedy Coulibaly et libère les otages. Elle découvre aussi qu'il a tué 4 personnes.
Les deux frères Kouachi et Amedy Coulibaly se connaissaient. Étaient-ils en lien avec d'autres terroristes ? Ont-ils commis ces attaques sur l'ordre de chefs, en France ou dans un autre pays ? Enfin, ils avaient beaucoup d'armes avec eux : comment ont-ils eu l'argent pour les acheter ? La police poursuit son enquête pour répondre très vite à ces questions

Mon Quotidien rend hommage aux victimes des terribles attentats de la semaine dernière et vous aide à en parler avec vos enfants.
Six numéros spéciaux : du vendredi 9 janvier au vendredi 16 janvier.  Cliquez sur l'image (en PDF)

file:///C:/Documents%20and%20Settings/Ana%20Mar%C3%ADa/Mis%20documentos/Downloads/mq_charlie%20(3).pdf                                Charlie Hebdo

                                     
Charlie Hebdo                               Charlie Hebdo
                                           

Charlie Hebdo                                Charlie Hebdo

                                           



Paroles

7 janvier 2015, j’ai pas envie d’aller au lit
Je préfère prendre un stylo car ce soir je suis Charlie
Nos artisans d’la liberté ont rencontré leur destinée
Ce soir j’écris pour eux parce que je sais pas dessiner
Soyons 66 millions à avoir la même idée
Pour que leurs cartouches d’encre à eux ne soit plus jamais vidées
Laissons des traces indélébiles pour que l’avenir puisse savoir
Que leur talent et leur courage ne vivent pas que dans nos mémoires
Écrivains paroliers dessinateurs graffeurs
Musiciens poètes peintres et sculpteurs
Célébrités anonymes, professionnels et amateurs
Faisons en sorte que cet élan s’affiche plus loin que sur Twitter
Des hommes sont morts pour défendre la liberté d’expression
Mais leurs idées doivent rayonner et ne subir aucune pression
Contre l’obscurantisme avec honneur et insolence
À nous de prendre les crayons pour que leur combat ait un sens
J’ai mal à l’être humain, comment en est-on arrivé là ?
Perdu dans c’vacarme la fraternité chante a cappella
La barbarie grandit sans aucune trace de dignité
en 2015 le monde a perdu toute humanité
Je suis Charlie je suis Charlie je suis Charlie je …
Si seulement les mois qui viennent pouvaient me faire mentir
Si seulement ce drame abjecte pouvait nous faire grandir
Puissions-nous nous réunir pour croire ensemble à l’embellir
Quoiqu’il advienne j’ai un stylo car ce soir je suis Charlie
Je suis Charlie je suis Charlie je suis Charlie je…


                              

                                                   

Aucun commentaire: